728 x 90

RDC : invité à être membre d’une République imaginée par Ne Mwanda Nsemi, Franck Diongo rejette l’offre

RDC : invité à être membre d’une République imaginée par Ne Mwanda Nsemi, Franck Diongo rejette l’offre

Quand les croyances politico-mystiques trainent une foule d’ouailles, le gourou se croit à la tête d’une Nation venue de Dieu. En République démocratique du Congo, Ne Mwanda Nsemi un personnage flou qui se considère comme « messager du Dieu des ancêtres », célébré par ses partisans majoritairement originaires de la province du Kongo-Central au Sud-Ouest du pays, a émis le 08 janvier dernier le souhait de former l’équipe dirigeante d’un État qu’il a imaginé, « la République Fédérale du Congo ».

C’est à travers une correspondance adressée à l’homme politique Franck Diongo, qui se veut allier de actuel président congolais Félix Tshisekedi, que Ne Mwanda Nsemi dit avoir été nommé par « le seigneur Sabaote, le commandant en chef de l’armée céleste » comme président de la République Fédérale du Congo. Ne pouvant pas travailler seul, il a choisi cinq personnalités dont Franck Diongo pour faire partie du « présidium » de cette République imaginaire.

Ce, il a invité ce dernier à son « Palais royal ». Il parle de sa résidence située à l’Ouest de Kinshasa, dans la commune de Ngaliema.

Interrogé dans la matinée de ce mardi par les confrères de la radio Top Congo, l’ancien député national et farouche opposant à l’ex-président Joseph Kabila, dit avoir « reconnu les institutions de la République, reconnaissant qu’il y a un président installé qui dirige le pays. J’avais déjà demandé à l’honorable Ne Muanda Nsemi de le soutenir. »

Pour lui, la déclaration de Ne Muanda Nsemi est un SOS, un cri d’alarme de quelqu’un qui voudrait attirer attention sur lui. Il assure que ce dernier « est malade. On a détruit sa maison. Je demande la clémence de toutes les institutions. Qu’on essaie de s’occuper de sa santé. Qu’on dédramatise. Qu’on minimise le fait que ce sont des propos qui portent atteinte aux institutions de la République. Je n’approuve pas sa déclaration ».

Franck Diongo a poursuivi, « il ne dit pas qu’il a gagné les élections mais il a été nommé par Dieu. Nous ne sommes pas un pays des droits divins. Nous sommes un pays qui a la constitution comme base légale. Donc, c’est un acte qui n’a rien avoir avec le vrai pouvoir. »

Il plaide le pardon pour cet homme qui a été arrêté sous Joseph Kabila, qui s’était évadé avant de se rendre sous Tshisekedi et d’obtenir une liberté provisoire.

Je « demande au président de la République, à la première dame, par rapport aux injures et aux attaques personnelles, de pardonner (…) C’est même un piège. Si aujourd’hui, le président de la République, la première dame ou le Parquet général de la République s’énervent et l’arrêtent, il va mourir en prison. Sa mort va retomber sur la tête du président Tshisekedi ».

Ces derniers jours, une structure de ressortissants de la tribu Shi, la même que celle de l’épouse du président congolais, a porté plainte contre ce gourou de la secte Bundu Dia Mayala pour avoir qualifié cette dernière d’agent rwandais lors de sa dernière conférence de presse, considérant ses propos de « haine tribale ».

 

Tony-Antoine Dibendila

Animation des Articles

Laisser un Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées par *

Derniers Articles

Top Auteurs

Les Plus Commentés

Videos