728 x 90

Création d’un courant politique « obscure » dénommé Décision Finale : Kabund reste bizarrement silencieux dans son adresse-réplique

Création d’un courant politique « obscure » dénommé Décision Finale : Kabund reste bizarrement silencieux dans son adresse-réplique

Le président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) est devenu objet d’une contestation éloquente au sein de ce parti au pouvoir. Plusieurs violences en fin de la semaine dernière en plein siège de cette formation politique, faisant intervenir de manière musclée les forces de l’ordre, en sont une sérieuse illustration. Il est accusé de plusieurs griefs, dont les plus choquants restent le détournement de ressources financières et humaines de ce parti au profit d’un courant qu’il a créé, Décision Finale, qu’il implante en lieu et place du parti à travers la République, selon ses détracteurs, et le refus catégorique d’organiser un quelconque congrès, unique possibilité d’offrir à cette organisation politique un nouvel exécutif.

Apparu dans la matinée de ce mardi dans une vidéo de 11 minutes sur son compte Facebook officiel, où il répond aux accusations portées contre lui et s’excuse du traitement violent infligé aux « combattants », ces militants du parti interpellés par la police lors de manifestations au principal siège de Kinshasa, Jean-Marc Kabund coiffé d’un couvre-chef aux goûts du feu président de ce parti Étienne Tshisekedi, plus docile que jamais, n’évoque pour rien au monde la controversée Décision Finale.

Il se contente plutôt à qualifier le collectif « Sauvons l’UDPS », ce groupe de cadres du parti hostile à son action et signataire d’un communiqué qui le désavoue, de « traîtres manipulés par une main noire », et d’annoncer « d’importantes décisions » qui seront prises dans les prochains jours pour redynamiser et restructurer l’UDPS. Se targuant au passage l’obtention de « toutes les prérogatives du président du parti » bien qu’interimaire, à travers le mandat spécial émis par Félix Tshisekedi, ancien numéro un du parti aujourd’hui président de la République.

« Contrairement aux apparences, ce n’est pas tant ma personne qui est visé, ni celle du secrétaire général. Nos détracteurs ont reçu une mission de déstabiliser le président de la République en cherchant à fragiliser l’UDPS son appareil politique d’appui », a -t-il déclaré.

Or, son discours cache un vide énorme : Décision Finale. Il n’en dit mot, alors que ces derniers jours sur différents programmes audiovisuels, ses adversaires constitués de cadres de son parti, évoquent sans frein cette structure dont le contenu n’est connu que de Jean-Marc Kabund et ses amis, s’il faut reprendre le député national Paul Tshilumbu, qui assure en outre qu’obtenir un poste dans de cabinets ministériels ou ailleurs pour un membre de l’UDPS, passe par l’adhésion à cet organe. Ce groupe de protestataires ont promis de traduire Kabund en justice s’il ne se retirait pas des affaires du parti de Félix Tshisekedi endéans 3 jours. L’ultimatum a expiré depuis 24 heures, et l’opinion observe.

Tony-Antoine Dibendila

Animation des Articles

Laisser un Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées par *

Derniers Articles

Top Auteurs

Les Plus Commentés

Videos