728 x 90

Désignation d’un nouveau juge à la Cour constitutionnelle : guerre verbale entre Bahati et Mboso

Désignation d’un nouveau juge à la Cour constitutionnelle : guerre verbale entre Bahati et Mboso

Tout ne va pas bien entre la première et deuxième chambre du parlement sur la désignation d’un nouveau juge à la Cour constitutionnelle.

Si d’une part, Christophe Mboso, président de l’Assemblée nationale accuse son collègue du Sénat d’avoir violé la constitution de la République démocratique du Congo et le règlement d’ordre intérieur du congrès en cette matière, c’est ne pas le cas avec l’accusé.

En réaction dans une lettre du 24 mai adressée à M. Mboso, Bahati Lwebo présente ses étonnements de suite des accusations portées contre sa personne et souligne qu’un grief aucune enquête, même banale ne saurait établir à sa charge.

« Je marque mon étonnement de constater que vous m’attribuez, à tort d’avoir impunément violé les articles 158 de la constitution et 42 du règlement d’ordre intérieur du congrès. Un grief qu’aucune enquête, même banale ne saurait établir à ma charge », s’inquiète M. Lukwebo dans ce document de 2 pages parcouru par 4pouvoir.cd.

D’après le remplaçant de Ntambwe Muamba, celle-ci est une accusation de partialité pour salir son honneur et sa crédibilité pour des raisons propre à accusateur qui se réserve les détails.

Tout en excusant poursuit-il, « la faiblesse discourtoise » qui émaille le contenu de la correspondance de Christophe Mboso, il attire l’attention du remplaçant de Jeannine Mabunda sur les éléments ci-dessous qui selon lui, soutiennent la pertinente démarche du Sénat.

Il s’agit de :

JP Choél

Animation des Articles

Laisser un Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées par *

Derniers Articles

Top Auteurs

Les Plus Commentés

Videos