728 x 90

RDC : Deux membres du gouvernement accusés d’entretenir l’opacité dans la gestion des ressources naturelles

RDC : Deux membres du gouvernement accusés d’entretenir l’opacité dans la gestion des ressources naturelles

Le vice-premier ministre en charge du Budget Baudouin Mayo et le ministre des Finances Sele Yalaghuli sont accusés, par une influente plateforme de la société civile, de « blocage du financement » destiné à l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives en République démocratique du Congo (ITIE/RDC). Ce mercredi au cours d’une adresse à la presse à Kinshasa, la Coalition pour la bonne gouvernance des entreprises publiques du secteur extractif (COGEP), gigantesque plateforme d’une quarantaine d’ONG et de chercheurs du secteur extractif, s’est montrée pour une énième fois très offensive.

« La République démocratique du Congo est membre de l’ITIE depuis 2005 et la mise en œuvre du processus ITIE est très déterminante dans le contexte actuel où le pays a besoin de gérer ses ressources naturelles dans la transparence afin de faire bénéficier à ses populations les retombées du secteur extractif, d’attirer d’avantage les investisseurs, de répondre aux exigences du FMI et de mettre en œuvre les recommandations du conseil d’administration international de l’ITIE et la mise en œuvre de la feuille de route produite par le comité exécutif de l’ITIE/RDC. Ce qui épargnerait la RDC à la suspension », a lu devant les médias l’activiste Jean-Claude Katende, le principal intervenant, aux côtés de maître Daudet Kitwa.

Elle dit avoir fait un constat amer du blocage « entretenu par le vice-premier ministre en charge du Budget et le ministre des Finances, pour des raisons non portées à la connaissance du peuple » et demande par conséquent aux institutions congolaises de faire le choix entre la transparence dans la gestion des ressources naturelles et l’opacité.

Exhortant enfin le président congolais Félix Tshisekedi de s’investir personnellement dans ce dossier, le premier ministre  Ilunga Ilunkamba d’instruire le ministère du Budget et des Finances de « débloquer » la situation et « d’instaurer sa régularité » et aux deux membres du gouvernement congolais d’éviter d’être identifiés comme obstacles dans la gestion des ressources naturelles.

La République démocratique Congo, un vaste pays au centre de l’Afrique, a un sous-sol immensément riche. Plusieurs rapports sérieux ont souvent détaillé l’opacité qui règne dans la gestion de ces ressources. L’adhésion du pays à l’ITIE dès 2005 a profondément fait évoluer la question de la transparence. L’inquiétude liée au blocage décrit par les structures et personnalités de la société civile réunies dans COGEP représente, ni plus ni moins, une reculade.

Tony-Antoine Dibendila

Animation des Articles

Laisser un Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées par *

Derniers Articles

Top Auteurs

Les Plus Commentés

Videos